Épilation et psoriasis : comment procéder ?

Le psoriasis, affection dermatologique, peut s'avérer très gênant au quotidien. Des gestes banals, comme le rasage ou l'épilation, deviennent compliqués. Heureusement, ce n'est pas impossible, surtout si on adopte la bonne technique et les bons gestes. Comment procéder tout en protégeant sa peau ?

Le psoriasis, c'est quoi ?

Le psoriasis est une maladie bénigne et chronique de la peau, qui peut être très désagréable. La maladie se caractérise par des plaques rouges sur l'épiderme, recouvertes de squames blancs (peaux mortes) plus ou moins importantes. Il existe plusieurs sortes et plusieurs degrés de psoriasis, la forme la plus courante étant celle qui affecte les genoux.

S'épiler sans soucis

S'épiler quand on souffre de psoriasis, ce n'est pas évident mais pas impossible non plus. Les bonnes précautions devraient suffire à éviter irritations et séquelles durables :

On évite les zones recouvertes de plaques de psoriasis. L'épilation au laser est un bon choix, car c'est une technique très ciblée, s'attaquant uniquement à la mélanine contenue dans les poils. Ainsi, on évite tout dommage collatéral, contrairement à d'autres techniques dépilatoires comme les crèmes, dont les composants chimiques peuvent irriter la peau.

De manière générale, mieux éviter l'épilation à la cire. En plus des dommages mécaniques, cette méthode cause également des irritations liées à la chaleur.

Vous préférez vous épiler avec un épilateur électrique ? C'est possible, mais non sans risques. Si vous utilisez l'appareil sur une plaque de psoriasis importante, des squames peuvent se former et cela peut abîmer la peau.

Important : lorsque les plaques de psoriasis sont importantes, les poils finissent par se retrouver sous une couche de squames, et ne posent donc plus de problèmes.

Par conséquent, lorsque vous rasez des zones saines, procédez avec douceur et prudence. Le psoriasis provoque des démangeaisons dans environ 30 % des cas. Choisissez donc des crèmes apaisantes et des savons doux.

Précautions à prendre

  • Procédez toujours en douceur.
  • Pendant l'épilation, essayez d'éviter toute blessure, y compris sur les zones saines.
  • N'enlevez jamais vous-même les plaques de psoriasis (ce n'est d'ailleurs pas nécessaire).
  • N'appliquez pas de cire chaude (ou froide) directement sur les zones affectées, sous peine d'aggraver l'affection.
  • Ne repassez jamais plus d'une fois sur la zone à raser.

Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.

  • Le burn-out : le reconnaître et le soigner

    On en entend parler dans les journaux, à la télé, par nos amis et famille : le burn-out semblerait presque être un mot à la mode, une vraie hype. Qu’est-ce qu’un burn-out, au juste? Comment le reconnaître, et pourquoi est-ce si important de consulter? 

    QU’EST-CE QU’UN BURN-OUT ?

    Contrairement à ce qu’on pense souvent, le burn-out n’est pas une maladie. C’est un syndrome, qui peut rappeler une dépression, mais pas tout à fait. Dans le cas d’un burn-out, la cause du problème se trouve du côté professionnel, par exemple, une surcharge de travail sur une période trop longue. Une personne souffrant de burn-out présente des symptômes psychiques et sociaux, et ressent un manque de confiance en soi au travail. Un burn-out est essentiellement un déficit important d’énergie : vous n’êtes plus en mesure d’entreprendre quoi que ce soit, surtout sur le plan professionnel. Dans le cas d’une dépression, les pensées négatives s’étendent à tout : le patient n’arrive plus à positiver, et ne s’intéresse plus à rien, alors que quelqu’un souffrant de burn-out peut encore prendre du plaisir à des activités hors contexte professionnel.

    COMMENT RECONNAÎTRE UN BURN-OUT ?

    Un burn-out donne lieu à des syndrômes tant physiques que psychiques et comportementaux. Voici les principaux signes qui doivent alerter :

    Physiques :

    • Difficultés à s’endormir, épuisement dès le réveil;
    • Fatigue constante, manque d’énergie;
    • Vertiges, palpitations, céphalées, douleurs abdominales, troubles de l’appareil digestif.

    Psychiques :

    • Absence de motivation au travail;
    • Sentiment de frustration;
    • Manque ou absence de confiance en soi;
    • Apathie;
    • Angoisse;
    • Troubles de la concentration.

    Comportementaux :

    • Sentiment d’indifférence, de cynisme;
    • Tendance à l’isolement;
    • Réactions agressives;
    • Efficacité diminuée au travail, fautes professionnelles récurrentes;
    • Consommation accrue de tabac, d’alcool et de drogue.

    OSEZ DEMANDER DE L’AIDE

    Souffrir de stress professionnel, ou présenter des symptômes d’un début de burn-out, cela est encore bien souvent tabou. Le patient peut ressentir de la honte : pourquoi cet épuisement ? Pourquoi ne suis-je plus efficace ? Pourquoi est-ce que je ne vois plus aucun intérêt à mon travail ? Souvent, les symptômes sont ignorés, dans l’espoir qu’ils disparaissent tout seuls. Mauvaise idée : le stress agit comme un effet boule de neige. À ignorer des signes avant-coureurs, on risque de tomber dans un spirale infernale, allant de mal en pis. Il est donc très important d’en parler à son médecin traitant si vous vous reconnaissez dans certains symptômes ci-dessus. Le médecin vous posera des questions sur vos conditions de travail, vos maux physiques, et votre sentiment général. Il pourra vous proposer un traitement ou vous renvoyer vers un spécialiste. Il est important d’en informer également votre lieu de travail, leur permettant de prendre les mesures nécessaires pour vous soulager, par exemple, repenser la répartition des tâches.

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.

  • Ces 5 conseils vous aideront vraiment pour arrêter de ronfler

    Vous ronflez en dormant? Cela ne vous dérange peut-être pas. Mais nous osons parier que cela n’amuse pas du tout votre partenaire. Heureusement, il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire vous-même afin que vos ronflements fassent définitivement partie du passé.

    Tout d’abord, nous vous conseillons de parler de votre problème avec votre médecin traitant. Il peut, en effet, s’agir dans certains cas d’apnée du sommeil. Cela signifie que vous arrêtez de respirer dans votre sommeil, ce qui peut être dangereux. Dans un tel moment, votre gorge est en fait bloquée momentanément et vous n’inspirez plus d’air.

    En outre, les ronflements peuvent être néfastes à votre repos. N’hésitez donc pas à résoudre le problème de fond, surtout si vous vous sentez fatigué(e) en journée.

    Mais nous allions d’abord vous donner quelques conseils pratiques, n'est-ce pas ? Puisque les ronflements sont la conséquence d’un rétrécissement des voies respiratoires entre le nez et les cordes vocales, vous avez la possibilité d’y faire quelque chose.

    1er conseil : Dormez sur le côté

    Dormir sur le dos fera notamment en sorte que tant la langue que la luette vont reculer. Dans cette position, vous allez donc d’office vous mettre à ronfler. Et puisque dormir sur le ventre n’est pas la meilleure solution pour votre cou, nous vous conseillons de dormir sur le côté.

    2e conseil : Veillez à toujours dormir suffisamment

    Il n’y a pas que votre position qui importe. Aussi, la quantité de sommeil joue un rôle. L’épuisement est en effet lié aux ronflements. Vous allez vous coucher avec les poules et vous êtes malgré tout fatigué(e) au réveil ? Alors, vous vous trouvez dans un cercle vicieux. Raison de plus d’aller consulter votre médecin traitant !

    3e conseil : Changez votre style de vie

    Étudiez un instant votre style de vie au microscope et débarrassez-vous de tout ce qui vous rend malheureux. Perdez un peu de poids par exemple. Cela aura un effet bénéfique sur les parois de la gorge. En outre, votre visage et votre cou deviendront plus légers.

    Perdre un peu de poids pourra donc vous débarrasser de ces bruits nocturnes. Le sport est une excellente solution. En effet, votre masse musculaire va augmenter, mais les muscles de votre cou en seront tout autant renforcés.

    D’autres facteurs qui ont une influence :

    Trop manger : Ne mangez pas trop, surtout pas avant d’aller dormir. Cela ne fera qu’augmenter le risque de reflux, ce qui entraînera des ronflements.

    L’alcool : Évitez en outre de boire de l’alcool deux heures avant d’aller vous coucher. Cela détend les muscles. Aussi ceux de votre langue, de votre bouche et de votre gorge.

    Fumer : Et pour finir en beauté : arrêtez de fumer. La cigarette va irriter la gorge et celle-ci va enfler. En outre, votre nez va plus rapidement se boucher. Vous trouverez des conseils pour arrêter de fumer ici !

    4e conseil : Soignez vos allergies

    Cela peut paraître capillotracté, mais les allergies ont un lien avec les ronflements. C’est logique en fait, car elles provoquent un nez bouché. Si vous pensez donc être allergique, rendez-vous chez votre médecin et demandez-lui conseil.

    Au fait : c’est la même raison qui fait que vous ronflez quand vous êtes enrhumé. Utilisez dès lors un bon spray nasal afin de diminuer le vacarme. Un lavage de nez juste avant d’aller dormir peut également aider.

    5e conseil : Les solutions spéciales

    Les conseils ci-dessus ne vous ont pas du tout aidé ? Alors, il existe aujourd’hui quelques solutions pratiques pour vous aider à diminuer vos ronflements. Il existe par exemple des bandelettes nasales et des sprays pour la gorge qui aideront l’air à passer entre le nez et la gorge.

    Vous devriez aussi sérieusement considérer une orthèse dentaire. N’hésitez pas à demander de plus amples explications à notre service client ou votre médecin.

    Et puis surtout : ne touchez pas aux somnifères

    Tout comme les calmants, ceux-ci ne vous feront que ronfler encore plus fort. En effet, votre corps va se détendre avec de tels médicaments, ce qui vous aide à vous endormir. Mais cela signifie aussi que les muscles de votre gorge vont se détendre plus que d’habitude, avec toutes les conséquences que cela implique !

    Et pour finir : ne pensez pas que les conseils ci-dessus sont des solutions miracles. Il s’agit parfois d’une cause physique qui nécessite une aide médicale. Pensez par exemple à une luette trop longue, des polypes au nez ou une déviation de la cloison nasale.

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€

  • Fatigué? C’est peut-être dû à votre alimentation

    Il y a plusieurs raisons qui expliquent la fatigue, la plus évidente étant dormir trop ou pas assez. Mais votre alimentation peut aussi être en cause, par exemple quand :

    1. Vous sautez un repas. Ça peut provoquer une chute brutale du taux de sucre dans le sang et donner une sensation de fatigue.
    2. Vous buvez trop de café. Et oui, l’inverse peut être vrai : le boost de caféine du matin que vous utilisez pour lutter contre la fatigue, peut provoquer un coup de pompe dans l’après-midi. Et ainsi retourner vers la caféine…
    3. Vous ne déjeunez pas. C’est et ça reste un repas important pour vous aider à passer la matinée. Pas faim ? Alors prenez quelque chose (de sain) avec vous, comme du yaourt et du muesli pour quand vous aurez faim.
    4. Vous mangez souvent des plats préparés. Trop de graisses, trop de sel, trop de sucres, trop de calories et la plupart du temps, vous ne vous sentez même pas rassasié.
    5. Vous avez constamment envie de sucre. Votre corps a besoin d’énergie et donc il appelle le sucre. Essayez d’introduire plus de protéines (maigres) dans votre alimentation.
    6. Vous « oubliez » de manger des fruits. Les fruits ont deux avantages : les vitamines et ils contiennent aussi beaucoup de sucres. Une façon saine de répondre à votre besoin en énergie !
    7. Vous ne mangez pas de glucides. Les glucides sont l’énergie du corps, vous pouvez éventuellement les diminuer mais il faut en manger au moins un peu (complet ou céréales).
    8. Vous laissez les légumes de côté. Ils contiennent cependant beaucoup de vitamines et minéraux qui aident à lutter contre la fatigue, et peuvent éviter une carence en fer (aussi un facteur de fatigue).
    9. Vous avez des problèmes intestinaux. La constipation (pas assez d’eau ou de fibres) ou la diarrhée (trop de sucres et de graisses) ont un impact énorme sur votre énergie.
    10. Vous ne buvez pas assez d’eau. La déshydratation diminue la concentration, augmente la fatigue et peut aussi provoquer des maux de tête.

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.

  • Comment prévenir les maladies oculaires quand on porte des lentilles?

    Les lentilles sont tellement pratiques, pas besoin de nettoyer de verres, vous pouvez les porter dans toutes les situations… Mais si vous ne les manipulez pas correctement, elles peuvent rendre vos yeux gravement malades. Ces maladies oculaires qu’elles peuvent provoquer sont faciles à prévenir grâce à ces conseils :

    Contrôle annuel

    Il vaut mieux faire contrôler vos yeux au moins une fois par an, surtout si vous portez des lentilles. Si vous avez déjà eu des problèmes avec vos lentilles ou si vous les portez depuis longtemps, il est conseillé de faire contrôler vos yeux régulièrement par un ophtalmologue ou un opticien. Beaucoup de maladies et de problèmes oculaires provoqués par des lentilles ne se remarquent que très tard, parce qu’ils ne sont pas visibles tout de suite.

    Un ophtalmologue ou un opticien pourra rapidement diagnostiquer le souci et donc vous éviter des complications.

    Une bonne hygiène

    Veillez à ce que tout se passe dans de bonnes conditions quand vous manipulez vos lentilles. Quand vous les mettez ou les enlevez, lavez-vous les mains consciencieusement avec de l’eau et du savon. Le risque d’une infection oculaire diminue déjà drastiquement.

    Ne portez pas de lentilles trop longtemps

    Les lentilles sont un moyen simple et pratique pour améliorer votre vue. Mais tenez compte du fait que vous ne pouvez pas porter de lentilles plus de 24 heures. N’allez donc pas non plus dormir avec vos lentilles. Enlevez-les soigneusement de vos yeux quand vous allez vous coucher. En effet, la lentille risque de s’assécher quand vous dormez et peut provoquer des dommages permanents aux yeux.

    Conserver les lentilles

    Quand vous ne portez pas vos lentilles, par exemple quand vous allez dormir, conservez-les dans un liquide spécial. Et donc pas dans de l’eau du robinet.

    Remplacez régulièrement vos lentilles

    Il existe différentes sortes de lentilles. La sorte que vous portez indique souvent combien de temps vous pouvez les porter. Si vous portez des lentilles mensuelles, vous ne pouvez pas les porter plus d’un mois. Que se passe-t-il au-delà d’un mois ? La qualité des lentilles va diminuer et des saletés vont plus facilement s’amonceler sur la surface de la lentille. Ces saletés peuvent à leur tour provoquer des infections. Changez-les donc à temps !

    Bien les nettoyer

    Nettoyer les lentilles de la manière appropriée est essentiel pour éviter les maladies oculaires. Quand vous avez acheté vos lentilles, l’opticien vous a normalement expliqué quels produits vous pouviez utiliser pour les nettoyer. Vous saurez donc également combien de fois vous devez le faire pour que vos lentilles soient en parfait état.

    Conseils supplémentaires

    • Ne laissez jamais quelqu’un d’autre porter vos lentilles
    • Ne portez pas de lentilles si vous devez mettre des médicaments dans les yeux, par exemple des gouttes
    • N’humidifiez jamais vos lentilles avec de la salive ou de l’eau du robinet.
    • Remplacez régulièrement la boîte à lentilles.
    • Remplacez vos lentilles immédiatement si elles sont endommagées.

    Inscrivez-vous dès maintenant à la newsletter hebdomadaire de pharmaciedesyeux.be & Kenkoo.be et recevez 15% de réduction sur votre premier achat.